4 faits majeurs pour s’adapter à la géolocalisation

Aucun commentaire

Comment les 4 faits majeurs pour s’adapter à la géolocalisation propulseront votre commerce en ligne ? Adoptez une stratégie s’articulant autour des applications de proximité dédiées à la géolocalisation.

Depuis 2007, avec la venue du premier iPhone, la portée de ces applications a été amplifiée avec la montée du téléphone intelligent.

Maintenant, permettez-moi de mettre en relief certains faits marquants.

Les points militant en faveur du commerce en ligne de proximité :

(Les chiffres du Québec en 2015)

 

  1. Le téléphone intelligent est répandu à près de 60 % dans la population.
  2. Les recherches sur le Web sont faites à près de 60 % avec un appareil mobile (téléphone ou tablette).
  3. Il y a 86 % des foyers branchés sur le Web.
  4. Les grandes compagnies reliées au Web, Google, Facebook et Apple investissent massivement pour le développement d’application et d’équipement pour faciliter le commerce en ligne en lien avec la géolocalisation.

 

La majorité des recherches sur le Web pour trouver des fournisseurs de produits ou de services, ont pour objectif, les commerces en ligne de proximité.

De quoi parle-t-on lorsqu’il est question de géolocalisation ?

Définition : Qui a rapport au géoréférencement. Le fait d’être référencer sur les moteurs de recherche alentour d’un espace délimité.

Ce que vous avez à offrir et l’endroit où se situe votre clientèle, détermine la géolocalisation. Cela peut signifier la province pour certains types de commerce ou seulement une ville.

Dans cet article, je me concentre sur la proximité au niveau d’une ville.

Encore très peu de commerces qui ont pignon sur rue ou qui sont situés dans un centre d’achats se lancent dans le commerce en ligne.

Ils hésitent, et deux mythes ont la vie dure.

 

Premier mythe : l’une des raisons évoquées est que les produits ou les services ne se prêtent pas à la vente en ligne.

Éclairons un peu vos lanternes.

Un site Web a pour fonction d’abord, d’exposer aux visiteurs ses produits et ses services. Le visiteur qui va sur le site, se fait une idée, et peut, par la suite, se rendre à votre établissement pour consommer vos produits ou services.

Vous pouvez très bien fonctionner de cette manière et augmenter votre achalandage.

Ensuite, vous avez l’option de proposer des transactions en ligne. Ce n’est pas obligatoire.

Deuxième mythe : lorsque vous avez un site Web, il n’est pas nécessaire de vendre et de solliciter des clients à l’autre bout du monde.

Commencer alentour de votre commerce.

Éviter l’erreur de vouloir conquérir des marchés plus lointains quand votre prochain client se situe à quelques rues de votre établissement.

Commencer par exploiter ce marché.

Avec une bonne stratégie, vous serez en mesure d’attirer le client du quartier habitué à magasiner en ligne chez Amazon ou eBay.

Alors que le Web ouvre la porte sur le monde, la géolocalisation, pour la majorité des commerçants, demeure l’enjeu principal.

Auteur

Martin Michaud

Martin Michaud détient un parcours enrichi de plusieurs expériences qui lui apportent maintenant les connaissances pour guider sa clientèle. Dans les dernières années, il a évolué simultanément comme auteur d’un livre sur la finance internationale, ainsi que comme chroniqueur financier dans plusieurs journaux, des revues locales et une revue internationale. Il a découvert le marketing Web il y a quelques années. En 2015, il a approfondi ses connaissances théoriques et techniques et a ainsi pu en faire profiter ses premiers clients.

 
Aucun commentaire
 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles connexes

Voir tous les articles